Home / Archives / Pourquoi il faut soutenir Ron Paul

 

La candidature de Ron Paul apparaît comme un phénomène majeur dans cette campagne des primaires républicaines aux Etats-Unis. Très proche des analyses des économistes autrichiens (Hayek, Von Mises,…) Ron Paul emprunte également à Milton Friedman et fonde son programme sur la restauration de la Constitution américaine. Ron Paul a parfaitement compris que l’interventionnisme n’est plus possible, et qu’il n’a que des effets pervers.

L’INTERVENTIONNISME, LA SOURCE DU PROBLÈME

L’intervention militaire a les mêmes effets que l’intervention économique. On arme des Libyens liés à Al Qaeda… qui feront quoi dans dix ans ? La même chose que les Talibans anti-URSS des années 80 en Afghanistan ? La CIA nomme ce phénomène un « blowback » – en somme un retour de bâton. C’est (grossièrement) comparable à l’instauration d’une mesure sociale comme le salaire minimum qui plonge les jeunes ayant le moins de qualifications dans une spirale d’assistanat sur le long terme. Puisqu’elle prive ces personnes de trouver un premier emploi leur apportant une expérience qui leur ouvre la porte d’un meilleur emploi qui nécessite cette expérience. On appelle ça une mesure keynésienne qui provoque l’inverse de ce qui est recherché.

ON COMMENCE AVEC DE BONNES INTENTIONS ET ON NE MAÎTRISE JAMAIS LES EFFETS INDÉSIRABLES, SINON EN S’ABSTENANT D’INTERVENIR.

Ron Paul n’est pas isolationniste, il prône le libre-échange donc une intensité d’échanges économiques avec les autres nations, en ce sens il est le moins isolationniste de tous les candidats. C’est le libre-échange, qui n’a pas tant de choses que ça à voir avec la conception que s’en fait l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui permet un meilleur développement du progrès et des compréhensions culturelles via une concurrence et une mise en relation plus ouverte.

RON PAUL EST NON-INTERVENTIONNISTE MILITAIREMENT COMME ÉCONOMIQUEMENT, IL N’EST PAS ISOLATIONNISTE. N’EN DÉPLAISE AUX MÉDIAS QUI USENT DE CE QUALIFICATIF À L’ÉGARD DE CE CANDIDAT AUTHENTIQUEMENT LIBÉRAL.

L’organisation Mondiale du Commerce qui est connue pour faire la promotion du libre-échange, instaure en fait une « tarification » à la place des droits de douane qu’elle abaisse, et qui dépend de critères divers (concurrentiels, mais aussi « humanitaires »…) ». On est donc pas dans un système de libre-échange mais dans un semi-protectionnisme à peine voilé.

UNE POLITIQUE ÉTRANGÈRE MAÎTRISÉE DANS SES EFFETS

Par ailleurs, Paul est prêt à s’engager avec les alliés de l’Amérique d’une manière différente, en s’abstenant de certains commerces d’armes avec l’ennemi des alliés plutôt qu’en fournissant des moyens aux pays amis… comme aux ennemis des amis à d’autres titres ! Ron Paul remarquait que : « Nous apportons 3 milliards de dollars à Israël au travers de prêts, et nous donnons 12 milliards de plus en aide à des pays ouvertement hostiles à Israël. »

RON PAUL EST LE SEUL CANDIDAT À AVOIR COMPRIS LA CRISE COMME LES MAUX DONT SOUFFRE LE SYSTÈME AMÉRICAIN

A l’épicentre des arguments de Ron Paul, la critique de la FED. Ou la méthode américaine de relance 100% keynésienne qui consiste à « faire marcher la planche à billets ». On produit des liquidités alors que la valeur totale reste la même. Le dollar baisse mais la valeur des biens reste la même, de ce fait les prix augmentent puisque le dollar baisse.

RON PAUL EST LE SEUL À AVOIR COMPRIS QUE CE SYSTÈME REVIENT À VOLER AUX AMÉRICAINS LEURS ÉCONOMIES.

Proche des économistes autrichiens dans ses conclusions, le professeur Pascal Salin explique dans son ouvrage « Revenir au capitalisme pour éviter les crises » comment l’intervention de l’Etat américain via une réglementation sur les fonds propres détenus par les banques a faussé la concurrence tout comme les indicateurs qui permettent de comprendre l’état du marché, entraînant la crise de 2008/2009. Il revient en détails sur l’origine de « Fanny Mae » et « Freddy Mac » dont les noms ne sont qu’inspirés par les initiales réelles de ces institutions, à l’origine étatiques, puis privatisées tout en étant sous la tutelle de l’Etat américain et bénéficiant de garanties qui ont ôté tout sens des responsabilités à ces banques ayant une « mission de service public » qui rachetaient les prêts pourris.

QUAND IL N’Y A PLUS DE RESPONSABILITÉS, PARCE QUE L’ETAT PROMET DE TOUT RÉSORBER, C’EST LA PORTE OUVERTE À TOUS LES RISQUES INCONSIDÉRÉS.

Alain Madelin remarquait que le monde bancaire est « plus réglementé qu’une centrale nucléaire. » A l’heure de la crise de la dette des Etats, il ne faut déjà pas se tromper sur les causes pour apporter les bonnes solutions. Ron Paul est le seul et unique candidat à faire un constat éclairé sur la crise, et à proposer les solutions de l’école autrichienne d’économie. Malgré un score faible en Floride, mais qui est au demeurant sans signification (il arrive que des candidats fassent l’impasse totale sur certains Caucus pour se concentrer sur d’autres), la campagne de Ron Paul a prise une ampleur sans précédent pour ce candidat aguerri. Elle effraie certains milieux, ce qui est aussi le meilleur marqueur pour comprendre tout le sérieux de ses capacités.

Lire aussi : Qui est Ron Paul ? Documentaire VOSTFR

 

About the author: alexandre

 

 

Recent posts in Archives

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *