Home / Archives / Critique libérale du mondialisme

 

our appréhender correctement le sujet, il faut éviter de jouer sur le mots et savoir être précis dans les définitions que l’on utilise. Je nomme « mondialisme » l’idéologie qui veut la création sur le modèle de l’Etat, d’institutions capables d’intervenir dans les échanges mondiaux et dans le monde tout court. On retrouve le mondialisme principalement dans les ouvrages de Jacques Attali, dont l’appartenance politique n’est qu’un indice pour comprendre l’influence idéologique du projet dit « mondialiste ».

La mondialisation est l’inverse dans son principe.

Elle renvoie au libre-échange et à l’intensification des échanges mondiaux entre économies libres. En ce sens, la mondialisation est une bonne chose voire une nécessité pour la nation qui veut se développer et bénéficier de croissance.

Le mondialisme est donc la volonté d’intervenir dans le monde et l’organiser. Tandis que la mondialisation est l’application au niveau mondial des libertés, notamment la liberté de commerce. Je laisse la mondialisation de coté, Alain Madelin a commenté indirectement ce sujeten répondant aux arguments d’Arnaud Montebourg sur le protectionnisme*. Le mondialisme qui est une idéologie d’inspiration socialiste et qui plait à ces derniers, peut s’analyser sur le même mode que l’Union Européenne.

Cette idée mondialiste n’est que la création d’un nouveau pouvoir qui aurait « légitimité » pour imposer des réglementations, on est donc de fait sur un fondement  anti-libéral puisqu’il est purement  interventionniste. Ce super-Etat viserait à la production de règles qui constitueraient autant d’inflation juridique que de limitation des libertés. Mais sans avoir semble-t-il la légitimité d’un Etat-nation qui reste nécessaire pour assurer la bonne gestion de la Police, l’armée et la justice. Mais plus loin encore, si ce pouvoir devenait fou et despotique, aurait-on encore la « liberté de choix » de résister ou de partir dans un endroit paisible ? Cette liberté de choix peut se décliner dans tous les domaines. Si on trouve intolérable la TVA en France à 19,6% sur les produits que l’on achète (taux fixé arbitrairement par l’Union Européenne), on a encore la liberté de vivre en Suisse où elle est de 5% (grâce, cette fois, à la démocratie directe). Quand on estime l’ISF trop abusif en France, on peut partir vivre en Belgique. Ce dernier exemple très concret est d’autant plus justifié que si l’ensemble des expatriés pour cause d’ISF revenaient payer leurs impôts en France, l’Etat gagnerait plus que ce qu’il gagne avec les recettes de l’ISF actuel. C’est dire si c’est un impôt crétin puisqu’il fait perdre de l’argent à l’Etat. Milton Friedman expliquait très bien** l’importance du localisme ou d’une certaine forme de nationalisme pour protéger la liberté des individus, et le frein qu’il représente au despotisme. Si l’on peut partir d’une localité parce que l’on refuse de subir, cette simple possibilité de fuite joue un rôle de frein dans les tentations d’abuser du pouvoir. Donner l’arme d’un pouvoir mondial ou régional peut sembler intéressant pour régler un certain nombre de problèmes à un moment donné,

friedman« Mais l’arme est à double tranchant : le pouvoir de faire le bien est aussi celui de faire le mal; ceux qui aujourd’hui détiennent le pouvoir peuvent ne plus le détenir demain; et, chose plus importante, ce qu’un homme considère comme un bien, un autre y peut voir un mal »Milton Friedman

La question posée par un super-Etat mondial est donc bien plus grave que le retour du communisme dans un Etat ou dans une région dont il est possible de partir. Si je suis Vénézuelien patriote et amoureux de la liberté, j’ai encore le choix de partir comme l’ont fait certains Cubains qui sont devenus de fervents militants anti-communistes sur la Cote Ouest des Etats-Unis (principalement en Floride). Mais pour fuir un despotisme mondial, aussi hypothétique qu’il soit, où puis-je m’établir ? Nul part.

*A ce sujet, lire Friedrich Hayek « La route de la servitude »
 **Milton Friedman, « Capitalisme & Liberté »
 

About the author: alexandre

 

 

Recent posts in Archives

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *